Forum de la communauté RP du jeu Dofus.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Astrydd Hurlelune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ifreann
avatar
Rôliste indépendant

Messages : 8
Serveur de jeu : Raval

MessageSujet: Astrydd Hurlelune   Jeu 26 Oct 2017 - 18:56


Prologue

Elle aurait juré voir une silhouette, tout près d'elle. Une petite ombre difforme qui ne ressemblait à rien de ce qu'elle connaissait en ce monde. Une chose qui n'existait probablement pas mais qui avait tout de même réussi à lui tirer un frisson.

« Allons Astria, allons... Ce n'est que le fruit de ton imagination. Tu es épuisée. »

Et c'était probablement le cas : les moissons avaient été particulièrement laborieuses aujourd'hui, cela dû à l'absence de quelques paysans qui avaient, selon eux, été frappés d'une bonne fièvre... À vrai dire, Astria n'en croyait pas un mot et elle était certaine que ses collègues avaient simplement abusé de la boisson... une fois de plus.

En cette heure tardive, les rues de Bonta n'accueillaient principalement que quelques ivrognes, des gardes et des individus qui, comme elle, rentraient chez eux après une longue journée de labeur. La jeune femme croisa un couple au détour d'une ruelle, salua un voisin qui fermait son volet et s'arrêta un bref instant pour caresser un chacha errant. La ville était on ne peut plus calme... Alors pourquoi n'arrivait-elle pas à se détacher de cette sensation d'être suivie ? Répondant à son instinct, la demoiselle, en se redressant, observa tout autour d'elle. Une fois de plus, elle ne vit rien qui ne puisse lui nuire. Elle secoua la tête, sa crinière ténébreuse peinant à en suivre le mouvement, et reprit son chemin. Elle n'était plus très loin.

Après ce qui lui sembla être une éternité, Astria finit par atteindre le quartier des bûcherons, au Nord de la cité. Elle retint un soupir de soulagement et fouilla dans son vieux sac rapiécé pour y trouver ses clés. Une fois la porte ouverte, elle ne put s'empêcher de jeter un œil par-dessus son épaule. La ruelle vide lui rendit son regard.

Astria était locataire d'une charmante petite maison suffisamment spacieuse pour elle. Faite de pierre et de bois de chêne, c'était un lieu lumineux dans lequel elle se sentait bien, en sécurité. Aussi laissa-t-elle ses maux sur le pallier de la porte et se précipita-t-elle dans sa réserve pour en dénicher de quoi se remplir la panse. Le travail aux champs avait creusé son appétit.
Le repas qu'elle se cuisina ne payait pas de mine : il s'agissait d'un simple tofu accompagné de quelques légumes frais. Néanmoins, elle n'avait pas à se plaindre : pour quelqu'un de sa caste, Astria était particulièrement chanceuse. Elle n'avait jamais manqué d'eau ni de nourriture et n'avait que rarement connu la famine - et encore, cela remontait à bien des années, alors qu'elle n'était qu'une enfant. De plus, elle avait appris à lire et à écrire et cela lui avait ouvert de nombreuses portes. En bref : elle s'en sortait plutôt bien dans la vie. Ce fut d'ailleurs sur cette pensée qu'elle entama son mets tout en lisant distraitement une petite oeuvre qu'elle avait trouvé à bon prix sur un marché.
Jusqu'à ce qu'un bruit de fourniture déplacée ne l'oblige à se figer.
Son réflexe fut de se saisir de son couteau et d'aussitôt pivoter sur sa chaise, toujours assise.

- Qui est là ?

Le ton était strict, quoi qu'un brin hésitant. Astria avait envie de croire qu'il s'agissait simplement de son imagination mais c'était la troisième fois que quelque chose, dans son environnement, attirait son attention. Alors soit elle était vraiment très fatiguée, soit...

Elle eut un sursaut et la désagréable sensation d'être traversée de part en part. Lentement, comme si elle craignait de découvrir de quoi il retournait, la jeune femme baissa les yeux sur son propre corps. Quatre griffes obscures se rétractaient doucement, laissant à Astria tout le loisir de voir les trous béants laissés dans sa chair, comme plusieurs petites fontaines de sang. Elle ouvrit la bouche, chercha à crier, mais aucun son n'en sortit.

Bientôt, elle sentit ses forces la quitter. Bientôt, elle sentit un froid glacial la dévorer. Bientôt, il ne resta plus que d'Astria un corps inanimé, avachi dans une chaise devant un petit plat et un roman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Astrydd Hurlelune
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un pour Douze et Douze pour un :: Village d'Amakna | Roleplay :: Bibliothèque | Récits et aventures-
Sauter vers: